Sur la colline, nous pouvons apercevoir le sanctuaire de Notre Dame de Lignou, sur le bord de l'ancienne route Normandie Maine. La Chapelle, de style néo-romano-byzantin est de construction récente, dans l'héritage du Sacré Coeur de Montmartre ou de St Michel de Domrémy. Mais, depuis des siècles, cette terre est lieu de pèlerinage pour la contrée. La présence d'aubépines, la situation dominante au bord de la vallée, l'ancienne maison fortifiée qui fut sûrement une commanderie de Templiers - de l'autre côté du chemin, indiquent une présence ancienne.

Une notice publiée en 1869 fait remonter au Xlème ou XIIème siècle. Un If maintenant disparu authentifierait une présence d'édifice religieux. En effet, c'était l'habitude à cette époque de planter des Ifs près des églises pour qu'ils soient témoins de leur âge. En 1568, au cours des guerres de religions, les protestants incendient l'édifice de culte à la Vierge, de même que l'église de Couterne. En 1629, la chapelle est reconstruite par un baron de Montatère, seigneur de Sept Forges. On adjoint certainement la chapelle latérale, désignée sous le vocable de chapelle du Rosaire.

Avec la Révolution, la chapelle subit des outrages. Elle fut, de nouveau, restaurée vers 1800. On entreprend la construction d'une tour, soutenant le clocher, en 1828. En 1862, le clocher est couvert d'un dôme en ardoise, surmonté d'une statue de la Vierge, en fonte dorée, qui se voyait de tous les points de la vallée. Le Sanctuaire est reconnu d'utilité publique, à titre de "chapelle de secours", par décret impérial du 17 février 1866.

Au début de ce siècle, le sanctuaire est l'objet d'une réfection totale. Le curé de Couterne, l'abbé Barbe, entreprend cette nouvelle construction à partir de 1901. Le plan en croix latine, avec dôme à la croisée du transept est l'oeuvre de Mr Pignard, architecte diocésain qui fera également l'Oratoire de Passais la Conception et la chapelle de St François à Alençon. Le 19 Août 1928, Monseigneur Pasquet, évêque de Sées, bénit la nouvelle chapelle de Lignou. On évalue l'assemblée à plus de 10.000 personnes.

presse online
referencement